Le Liseur / Bernhard Schlink ; traduit de l'allemand par Bernard Lortholary

Livre adulte

Schlink, Bernhard

Edité par Gallimard. Paris - 2003

A quinze ans, Michaël fait par hasard la connaissance, en rentrant du lycée, d'une femme de trente-cinq ans dont il devient l'amant. Pendant six mois, il la rejoint chez elle tous les jours, et l'un de leurs rites consiste à ce qu'il fasse la lecture à haute voix. Cette Hanna reste mystérieuse et imprévisible, elle disparaît du jour au lendemain. Sept ans plus tard, Michaël assiste, dans le cadre de ses études de droit, au procès de cinq criminelles et reconnaît Hanna parmi elles. Accablée par ses coaccusées, elle se défend mal et est condamnée à la détention à perpétuité. Mais, sans lui parler, Michaël comprend soudain l'insoupçonnable secret qui, sans innocenter cette femme, éclaire sa destinée, et aussi cet étrange premier amour dont il ne se remettra jamais. Il la revoit une fois, bien des années plus tard. Il se met alors, pour comprendre, à écrire leur histoire, et son histoire à lui, dont il dit : " Comment pourrait-ce être un réconfort, que mon amour pour Hanna soit en quelque sorte le destin de ma génération (...) que j'aurais moins bien su camoufler que les autres ? "

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Le Week-end / Bernhard Schlink ; traduit de l'allemand par Bernard Lortholary | Schlink, Bernhard

Le Week-end / Bernhard Schlink ; traduit de l...

Livre adulte | Schlink, Bernhard | 2003

L'Autre / Bernhard Schlink | Schlink, Bernhard

L'Autre / Bernhard Schlink

Livre adulte | Schlink, Bernhard | 2003

Amours en fuite / Bernhard Schlink ; traduit de l'allemand par Robert Simon | Schlink, Bernhard [Auteur]

Amours en fuite / Bernhard Schlink ; traduit ...

Livre adulte | Schlink, Bernhard [Auteur] | 2001

Amours en fuite est un ouvrage particulier puisqu'il regroupe sept récits qui peuvent se lire comme sept romans à part entière. C'est dire que le livre est dense, surtout si l'on précise que chaque histoire a les qualités émotives...

Autour du même sujet

Henri d'Ofterdingen / Friedrich Novalis ; traduit de l'allemand par Marcel Camus | Novalis, Friedrich

Henri d'Ofterdingen / Friedrich Novalis ; tra...

Livre adulte | Novalis, Friedrich | 2003

Spieltrieb / Juli Zeh | Zeh, Juli

Spieltrieb / Juli Zeh

Livre adulte | Zeh, Juli | 2007

Oeuvres pré-posthumes / Robert Musil | Musil, Robert

Oeuvres pré-posthumes / Robert Musil

Livre adulte | Musil, Robert | 2003

Homo faber : ein Bericht / Max Frisch | Frisch, Max

Homo faber : ein Bericht / Max Frisch

Livre adulte | Frisch, Max | 2003

Der Steppenwolf / Hermann Hesse | Hesse, Hermann

Der Steppenwolf / Hermann Hesse

Livre adulte | Hesse, Hermann | 2003

L'Autre / Bernhard Schlink | Schlink, Bernhard

L'Autre / Bernhard Schlink

Livre adulte | Schlink, Bernhard | 2003

Chargement des enrichissements...

Avis

Avis des lecteurs

  • Le Liseur 5/5

    J’avais vu en partie le film il y a quelques années et contrairement à ce qu’évoquent les autres critiques, je n’ai pas trouvé qu’il était meilleur que le livre mais aussi bon. Je n’ai pas senti du tout de froideur dans le récit de l’auteur. Du côté d’Anna, il y en a une mais cela s’explique par la vie qu’elle a eue, cette femme profite du moment présent et on finira par comprendre pour quelle raison. Elle ne s’investit pas vraiment dans sa relation avec Michael qui lui est très amoureux d’elle. Le récit n’a rien de froid quand l’amant évoque à plusieurs reprises, et bien des années plus tard, l’odeur d’Anna, de son cou, de sa peau, de tout son corps et l’effet que cela lui procure ou pas. Tout comme la façon qu’il a de la décrire quand elle enfile ses bas, il parle d’elle comme d’un poème. Mais le roman n’évoque pas que l’amour, il pose aussi la question du traitement des employés des nazis lors de leur procès : sont-ils responsables, coupables ? Auraient-ils pu refuser ? Le président du jury se sentira d’ailleurs bien mal à l’aise quand les questions posées aux accusées lui seront retournées. L’auteur évoque aussi la banalisation des horreurs vécues par les victimes : au bout de 3 semaines de procès, les perceptions sont différentes, les gens, comme anesthésiées, apparaissent moins sensibles aux atrocités subies. Et enfin, la culpabilité des accusés mais aussi de la jeune génération dont les parents ont participé à la guerre, côté allemand. Sous ses airs de romance, ce livre est finalement assez dur car il soulève de nombreuses d’interrogations qui dérangent et auxquelles nous sommes incapables de répondre, n’ayant pas vécu cette période.

    Céline CHAIX - Le 30 novembre 2020 à 12:49